Lorsque l’ancien côtoie le moderne